fr | en

N° 59 - 2018 Consulter un
autre numéro

voir l'article en PDF

«« Retour

Dominique Giroud

La passion du vin, du terroir et du grand large

Il a commencé par reprendre la vigne familiale, qui ne faisait guère qu’un hectare et demi.

Dominique Giroud

Il a créé un petit empire qui regarde aujourd’hui, au-delà de son Valais natal, vers les nouvelles frontières de Singapour et de l’Asie. Plaisir, passion, goût du vin et des affaires: Dominique Giroud aime les défis!

Il est né au Tchad, puis il a vécu à Madagascar de 2 ans à 8 ans. Mais Dominique Giroud est bel et bien Suisse, Valaisan de cœur et d’esprit, et s’il a commencé sa vie dans les pays lointains, c’est parce que son père travaillait dans la Coopération suisse. «Mon père aimait le vin, se rappelle-t-il. Il avait planté des vignes et monté un projet de coopérative avec des agriculteurs à Madagascar. Quand on est revenus à Chamoson, j’ai vraiment découvert le monde et la culture du vin».

Giroud vins, aujourd’hui, est devenu un véritable empire symbolisé par son siège installé près de Sion, un bâtiment à l’architecture audacieuse qui contient, tout à la fois, la cave, des espaces de dégustation et de restauration, des salles pour des conférences ou des séminaires professionnels, les services commerciaux et administratifs de la société. A 40 ans, Dominique Giroud cumule deux profils qui ne vont pas forcément ensemble: celui de l’amoureux de la vigne et du vin, mais aussi celui de l’homme d’affaires à succès.

«Je suis entré totalement dans le monde du vin à 16 ans, explique-t-il. J’ai fait un apprentissage de caviste, puis ma formation en œnologie à Changins. Mon père avait un hectare et demi de vignes, et c’est de là que tout est parti. Au fil des années, j’ai acheté de nouvelles vignes, développé des spécialités, élargi la gamme de nos produits. Pour moi, le vin est un plaisir quotidien! Je me dis que j’ai vraiment de la chance de vivre dans ce monde de goûts et de saveurs !»

Sympathique, ouvert, Dominique Giroud possède aujourd’hui une cinquantaine d’hectares en Valais, principalement à Chamoson et dans les alentours, à Ardon et Vétroz, ainsi qu’à Sion. Qualité et originalité des goûts, adéquation optimale entre les caractéristiques géologiques du terrain et les cépages, équilibre aussi entre tradition et innovation… Si les cépages valaisans sont privilégiés (Humagne Blanc, Humagne Rouge, Petite-Arvine, Cornalin, Fendant, Johannisberg, Syrah), une vingtaine de variétés nouvelles ont été créées, donnant naissance à une cinquantaine de vins correspondant au souci d’éclectisme et de variété du consommateur moderne. L’ancrage dans le terroir, l’ouverture à la modernité…
«Le vin est un plaisir social, remarque Dominique Giroud, il correspond aux envies et au mode de vie de son époque. Je veux offrir le choix aux consommateurs: il y a des vins simples et agréables pour tous les jours, il y en a d’autres qui sont plus adaptés à des moments particuliers, à des occasions spéciales. Nous créons des vins qui permettent de trouver toujours la bonne bouteille, celle qui fera plaisir. Car quels que soient les moments, le vin doit rester un produit féerique».

Produit de plaisir et de fête, produit de rêve et de détente, le vin parle au goût, mais aussi au regard et à l’esthétique. Il est un ravissement personnel, mais aussi le compagnon indispensable de la convivialité et du bonheur partagé. Le grand bâtiment des caves Giroud est comme une symbiose de ces envies complémentaires. C’est un modèle d’originalité et de design, une sorte de cri d’amour à l’histoire du vin et du Valais. Une tour centrale, des matériaux hypermodernes (béton noir, sol en bois teinté), granit du Simplon, lamelles de mélèze, charpente de vieux sapin, ardoise, galets polis par le Rhône… La cave n’a pas pour seul et unique but la production, elle est aussi, grâce à son architecture et grâce à son espace de dégustation, un lieu de découverte du patrimoine et du dynamisme du Valais.

«Nous sommes actifs en Suisse, mais aussi à l’étranger, observe Dominique Giroud. J’ai repris le magasin Wine Universe, à Genève-Aéroport et à Lausanne, et j’ai exporté ce concept à Singapour il y a trois ans. Le concept est le même: resto. wine bar, shop. La formule plaît énormément et nous allons poursuivre dans cette direction».

François Valle