fr | en

N° 59 - 2018 Consulter un
autre numéro

voir l'article en PDF

«« Retour

Groupe H Architecture et Ingénierie

La passion du bâti durable

Chaque réalisation d’Hervé Dessimoz a son histoire. La petite et grande histoire. Celle d’un projet, ses contraintes et ses qualités architecturales. Mais aussi le récit d’un déroulement particulier, fait de rencontres

De gauche à droite: Mauricio LOPEZ, Vincent AESCHBACHER, Francesco BENINCASA, Céline DESSIMOZ et Hervé DESSIMOZ .

Parler d’architecture dans la rubrique «Mode de vie» de notre magazine peut surprendre. Et pourtant: dans le cas du Groupe H, ce choix s’avère une évidence. Pour ce bureau spécialisé en architecture et ingénierie, il ne s’agit pas uniquement de construire. La réussite des projets est basée sur un judicieux alliage: un brin d’aventure, de l’audace, de la créativité et des prises de risques. Cette «culture du projet» s’exprime de manière parlante à Meyrin, avec la Tour C2, qui vient d’être livrée; la reconstruction du nouveau centre Amag au Petit-Lancy est un autre exemple représentatif de la démarche innovante du groupe. Deux projets parmi d’autres. En effet, des bâtiments administratifs, commerciaux ou industriels aux équipements publics, en passant par les logements et les lieux culturels, le Groupe H est présent sur tous les fronts. Des réalisations qui se distinguent par un leadership incontesté dans le domaine du développement durable.
Le 16 mai dernier, une cérémonie a officialisé la passation de pouvoirs, d’Hervé à Céline Dessimoz. C’est avec enthousiasme que la nouvelle CEO du groupe poursuivra l’œuvre familiale; elle sera en charge de la gestion et de l’acquisition des mandats. Mais le père ne sera jamais très loin, puisqu’il garde son bureau et continuera à fournir appui et expérience aux collaborateurs. De quoi assurer une transition tout en douceur!

Une tour, emblème des Vergers

La ville de Meyrin ambitionne de construire le plus grand écoquartier de Suisse, les Vergers, destiné à accueillir plus de 3000 habitants. L’ensemble des constructions doivent répondre au label Minergie A. Ce label exige l’autoproduction par le bâtiment de l’énergie électrique nécessaire au fonctionnement des centrales de ventilation et autres installations techniques liées. Le Groupe H a imaginé plusieurs solutions originales pour réaliser cette performance sur une tour qui sera la première du genre en Suisse.
Au côté de deux autres tours de même gabarit, la Tour C2 se situe à l’entrée ouest du quartier, le long d’une artère reliant le pays de Gex au centre-ville; le bâtiment de 12 étages comprend 104 logements sur rez-de-chaussée commercial. La position centrale des appareils de sanitaires et de ventilation à mi-hauteur de la tour permet de réduire l’emprise des gaines et de diminuer la puissance, donc la consommation électrique, des installations techniques. Au même étage, une terrasse commune de 290 m2 est offerte aux habitants; cet étage est entouré d’une ceinture végétale clairement identifiable. Par ailleurs, les façades actives bois et verre permettent d’atteindre une performance thermique révolutionnaire en matière d’économie d’énergie. Enfin, des panneaux solaires photovoltaïques sont intégrés non seulement en toiture, mais aussi à la verticale, dans les parapets des balcons sur les deux faces ensoleillées du bâtiment. Leur design audacieux montre avec force la réalité de constructions durables, tout en présentant des qualités esthétiques enviables: les capteurs solaires sont teintés en bleu, plutôt qu’en noir, comme c’est généralement le cas.
«Il s’agit d’offrir une visibilité aux constructions énergétiquement performantes» précise Hervé Dessimoz. Cette recherche d’une identité visuelle forte est d’ailleurs «la marque de fabrique» des réalisations du Groupe H, par exemple au Globe du CERN, anciennement «Palais de l’Equilibre», conçu pour l’Exposition nationale de 2002, avec sa structure entièrement en bois; au Refuge du Goûter, un bâtiment énergétiquement autonome construit dans le massif du Mont-Blanc. Ce projet risqué en altitude a d’ailleurs inspiré l’architecte Dessimoz pour la Tour C2, car, «s’il est possible de construire un bâtiment énergétiquement autonome à 4000 mètres, il n’y a pas de raison de ne pas le faire dans les plaines, les vallées et les villes». La Tour C2 produit suffisamment d’électricité de manière autonome pour éclairer l’étage de verdure la nuit. Ce bâtiment représente ainsi, de jour comme de nuit, un marqueur territorial du quartier, clairement apparent depuis la route de Meyrin.
A l’autre extrémité des Vergers, le Groupe H réalise actuellement l’immeuble A14, avec ses 130 logements et ses arbres s’érigeant à 20 mètres du sol. La livraison est prévue en été 2019. Le contact du bâtiment avec le terrain se fait au moyen d’un socle massif foncé implanté sur le site, qui épouse ce dernier. Sur ce socle est posé le corps du bâtiment, habillé de façades subtilement colorées et au calepinage volontairement aléatoire. Ce dispositif, conjugué avec l’alignement de loggias et ses garde-corps vitrés, confère légèreté à cet imposant immeuble. Le projet, labellisé Minergie A, comprend en toiture une végétalisation extensive combinée avec 950 m2 de panneaux photovoltaïques.
La Tour C2 et l’immeuble A14, du fait de leur architecture et de leur technologie énergétique innovantes, sont représentatifs des valeurs chères à l’écoquartier des Vergers. Mais la dimension sociale n’est pas pour autant oubliée: «Les gens n’habitent pas seulement à une adresse, ils doivent pouvoir s’approprier leur lieu de vie», précise Céline Dessimoz, pour qui le bonheur d’habiter et l’émotion suscitée par l’architecture sont essentiels.

Reconstruction d’envergure

Autre commune du canton, autre histoire. Celle de la reconstruction du garage AMAG au Petit-Lancy. Ce garage - datant de 1963 - fait partie intégrante du paysage urbain sur la route très fréquentée du Pont-Butin. D’importants travaux d’extension et de transformation sont réalisés dès 1994 pour répondre aux exigences de l’époque. Depuis une dizaine d’années, le Groupe H travaille sur un projet de démolition-reconstruction du site, permettant la création de 125 postes de travail. «Ce projet est complexe et il a fallu convaincre de nombreuses administrations, aussi bien cantonales que communales. Mais tout se déroule comme prévu et l’ouverture est agendée pour la fin de l’année 2019», indique avec optimisme Hervé Dessimoz. Ce projet revêt d’ailleurs aux yeux de l’architecte une valeur affective toute particulière: son père avait participé à la construction du garage AMAG d’origine.
Le Groupe AMAG est l’un des plus importants importateurs de voitures en Suisse. Il représente notamment les marques Audi, Volkswagen, Skoda et Seat. Le site du nouveau garage accueille depuis 1960 la marque Volkswagen. Par la suite, AMAG décide de regrouper deux marques, soit Volkswagen et Skoda, qui doivent avoir deux identités distinctes et deux entrées clairement séparées. «C’est ainsi qu’est né le concept du nouveau garage, avec le volume le plus important au niveau du sol pour Volkswagen et un deuxième volume sur la toiture du premier, accessible depuis le pont de la Cité Nouvelle d’Onex, pour Skoda», explique Hervé Dessimoz. La structure se déploie sur quatre niveaux: un sous-sol, un rez-de-chaussée, une mezzanine et un étage en toiture. Outre des show-rooms attrayants, le site comprendra notamment des postes de travail d’atelier ultra-modernes, ainsi qu’un atelier de carrosserie et de peinture. «Au-delà du concept original, le projet exige une attention soutenue: il s’agit de garantir la fonctionnalité des espaces, tout en veillant à l’implantation et la coordination des installations techniques spécifiques destinées au service de véhicules de haute technologie», poursuit Hervé Dessimoz.
La nouvelle direction du Groupe H - formée par Céline Dessimoz et ses associés - saura certainement faire face à ces multiples enjeux, en conciliant judicieusement contraintes et qualité architecturale.

Véronique Stein