fr | en

N° 59 - 2018 Consulter un
autre numéro

voir l'article en PDF

«« Retour

Clinique la Prairie 

Inauguration du Centre de médecine esthétique

Fondée en 1931 par le professeur Niehans, la Clinique La Prairie à Montreux ouvre cette année un nouveau volet de son histoire.

En près d’un siècle, le centre médical de la Riviera vaudoise est devenu mondialement connu et ce grâce à la succession de brillantes innovations médicales. 2018 marque ainsi un nouveau souffle, celui de la médecine au service de l’esthétique. Visite guidée.

A l’origine, le succès de la Clinique est basé sur l’extraordinaire travail mené par le professeur Niehans sur l’amélioration de la longévité. Fort de résultats spectaculaires, il ira jusqu’à soigner des personnalités de l’époque telles que le pape Pie XII, ce qui contribua à la notoriété mondiale de la Clinique La Prairie. Aux mains de la famille Mattli depuis les années 80, la réputation de la Clinique n’a cessé de grandir et celle-ci a acquis le statut de pionnier dans la recherche scientifique et médicale. En fonction depuis quelques mois, le Centre de médecine esthétique que vient d’ouvrir la Clinique La Prairie est dès lors un aboutissement. Les décennies de recherches médicales et d’expériences de cette institution suisse permettent aujourd’hui de proposer une approche à 360 degrés des traitements liés à la lutte contre le vieillissement.

La force de la nature
Immergé dans le somptueux décor naturel de la Riviera à Clarens, le client est pris en charge de manière individuelle par l’un des 50 médecins du complexe. En effet, la Clinique La Prairie est avant tout un centre médical où l’approche scientifique est omniprésente. Le CME (Centre de médecine esthétique) est placé sous la direction d’Arnaud Marche (COO), épaulé par la Doctoresse Violette Parzin, en charge des prestations esthétiques, véritable garante de ce nouveau temple de la beauté. «Nous proposons une médecine douce et non invasive, cherchant en permanence à conjuguer le savoir médical et notre expertise en matière esthétique, confie le COO Arnaud Marche, La philosophie de la Clinique La Prairie est de proposer une médecine préventive et prédictive». Une vision holistique où le patient n’est plus un malade, mais une personne, et où le tout doit permettre de soigner ou de traiter une partie. En somme, pour paraître plus jeune, autant amener une personne à côtoyer le bien-être psychologique et physique, afin d’optimiser les traitements médicaux. Et de conclure: «le but ici n’est pas de transformer les gens. En médecine esthétique, peu importe l’acte pratiqué, quand c’est bien fait, cela ne se voit pas», pointant ainsi du doigt certains praticiens peu zélés qui favorisent le trop au détriment du beau.

Traitements efficaces et non invasifs
Coolsculpting, peelings, fils tenseurs, injections, lasers ou encore ulthérapie sont autant de solutions proposées par la Clinique. Traitement des cellules graisseuses par le froid et l’aspiration, utilisation d’acides faibles comme l’acide glycolique pour une peau de star ou encore traitement par ultrasons pour remodeler le visage, le cou ou le décolleté, sont autant d’innovations technologiques concentrées dans cette Clinique élégante et ultramoderne. La philosophie de la Clinique La Prairie n’est pas seulement basée sur «l’extérieur» de la personne, mais également sur le «soi» intérieur. Mens sana in corpore sano (un esprit sain dans un corps sain) est en somme l’approche globale que vient proposer la Clinique La Prairie à ses clients. Dès lors, côté cuisine, le chef concocte à la clientèle des menus gourmets diététiques où chaque préparation est un cocktail de bienfaits pour le corps, préservant les bénéfices nutritionnels de chaque aliment. La partie hôtelière est à l’image de l’ensemble du complexe, soignée, luxueuse et apaisante, invitant le patient au repos et à la détente. Enfin, le spa, élu spa le plus innovant en 2018, offre une expérience unique, grâce à une équipe dédiée et une infrastructure de pointe, idéale pour baigner corps et âme, dans la quiétude helvétique.
L’homme a toujours cherché à s’expliquer «le temps», notamment pour lutter contre les effets et les vertiges qu’il provoque. Les philosophes les plus brillants se sont penchés sur l’impact psychologique que représentaient la fuite du temps et son irréversibilité, quand, en parallèle, d’autres chercheurs ont tenté de limiter, sur nous autres mortels, leurs effets indésirables. En quête perpétuelle de jouvence absolue, Cléopâtre tentait à sa manière de cultiver sa juvénile apparence en multipliant les bains de lait d’ânesse. Des siècles plus tard, et grâce aux avancées médicales, de vraies solutions permettent de ralentir le passage du temps sur nos fragiles enveloppes corporelles. La Clinique La Prairie s’impose donc comme le point névralgique mondial de la préservation de la jeunesse. Simone Gibertoni, CEO de la Clinique La Prairie, se réjouit des retours enjoués d’ores et déjà reçus de la part de ses clients, et veut faire de ce centre le premier d’une série d’autres projets internationaux. Si la jeunesse est un art, la conserver est un savoir dont la Clinique La Prairie semble une gardienne consciencieuse et vertueuse.

Maximilien Bonnardot