fr | en

N° 59 - 2018 Consulter un
autre numéro

voir l'article en PDF

«« Retour

Bernard Sayer 2A consulting & pilotage SA

Un nouveau challenge

Dans la perspective de booster le développement de sa société 2A Consulting & Pilotage SA, Michel Morello, également à la tête d’une deuxième entité, 2A Expertises & Réalisations SA, a choisi l’option de «l

Bâtiment de logement en PPE et commercial à Aproz.

En prenant Bernard Sayer à ses côtés, il mise sur les meilleurs atouts de son complice pour gagner la partie.

Anciens collaborateurs au sein du même bureau d’architecture à Genève en 1983, leurs chemins professionnels se séparent alors que Michel ouvre son propre bureau d’architecte et que Bernard, ingénieur technique en bâtiment, obtient un poste à responsabilité au sein d’une grosse entreprise générale suisse. Pourtant dotés de tempéraments opposés – «Nous étions comme l’eau et le feu», se remémore Bernard - les deux hommes ont scellé depuis lors une amitié indéfectible. Début 2017, il a répondu positivement à la proposition d’engagement du patron genevois de la société 2A Consulting & Pilotage SA, créée en 1985 à Nyon, spécialisée dans le conseil, l’accompagnement et l’expertise immobilière et essentiellement connue d’un milieu d’initiés, d’organismes financiers et institutionnels nationaux.

La boucle est bouclée
Aujourd’hui, en proposant à son alter ego de trente ans de le rejoindre au sein de son entreprise, Michel Morello «ferme la boucle» et mise en toute confiance sur sa grande expérience professionnelle comme sur ses qualités humaines: «Bernard est une personne extrêmement qualifiée, un fin négociateur, respectueux envers les clients et les entreprises. Il est fidèle en amitié et profondément honnête. Il a aussi une grande habilité dans l’analyse, tant sur le plan humain que professionnel». Un portrait élogieux conforté par un curriculum vitae étoffé et varié dans le domaine de la construction. Ingénieur technique, chef de projet, chef de département, puis directeur de sa propre structure, le Nancéen a mené sa carrière quasi exclusivement sur le sol helvétique, dirigeant des chantiers aussi délicats que colossaux comme celui du Crédit Suisse, rue de Lausanne à Genève, pourvu d’un budget avoisinant les 150 millions de francs. Présentement à la croisée des chemins, pas encore retraité, mais déjà heureux grand-père et désengagé de son précédent poste, le sémillant sexagénaire a reçu comme un cadeau l’offre de celui qui est redevenu son partenaire de travail depuis quelques mois: «Je souhaitais trouver un équilibre dans ma vie, en finir avec les 50 mails et coups de téléphone par jour, les exigences toujours plus urgentes et démesurées, les tribunaux, et j’en passe. Après mon départ anticipé de mon précédent poste en tant que directeur d’une entreprise générale, je n’envisageais surtout pas de ne rien faire, même à l’aube de la retraite. Comme Michel, j’ai toujours eu l’esprit d’entreprendre... et puis les affaires m’excitent!». Paisible et confiant, l’ingénieur possède la sage posture d’un sachant. Son expérience fait sa force. Capacité aiguisée d’analyse et d’expertise, aptitudes managériales, à la fois gestionnaire et homme de terrain aux robustes connaissances techniques, bref: tous les attributs du bras droit idéal. «Fort de ce bagage, il m’apporte aussi une sorte de calme et de sérénité… Car parfois cela peut être lourd d’être patron, seul à mener à bien deux entités», confie volontiers Michel Morello, soulagé d’être dorénavant efficacement secondé.

Interview de Bernard Sayer: la confiance
- Qu’est-ce qui vous a séduit dans le fait de rallier la société 2A Consulting & Pilotage?
- Avec cette nouvelle mission, je passe non sans plaisir d’un environnement très technique, d’exécution ou de gestion, à du commercial, de la prospection et du conseil. Vous savez, le monde de l’entreprise générale est complexe. Selon moi, seule une grosse structure dotée de services spécialisés et dédiés a les moyens de faire face aux nombreuses et diverses problématiques que ce métier impose aujourd’hui. A notre niveau, nous étions une PME plus vulnérables, prenions beaucoup de risques financiers et personnels. Dorénavant, je peux me concentrer sur des tâches ciblées et travailler à mon rythme sans perdre de vue l’objectif ultime de satisfaire et d’honorer la confiance des gens qui me mandatent. Et pour cela, je m’appuie bien sûr sur un réseau sérieux de connaissances professionnelles, promoteurs et investisseurs, acquis tout au long de ma carrière. Réseau dont je ne soupçonnais pas jusqu’à aujourd’hui l’extraordinaire richesse!

- Quelle mission vous a-t-elle été confiée au sein de l’entreprise et en quoi consistent vos fonctions?
- Michel a fait appel à moi pour redynamiser cette entité et doper son développement, avec à la clef, je l’espère, des perspectives d’embauches pour répondre aux marchés que j’aurais décrochés. Mon job a plusieurs facettes, il consiste essentiellement à analyser et expertiser des biens existants à vendre ou à acheter, mais également à répondre à des demandes émanant d’investisseurs, de prospecter des terrains ou des propriétés et de prévoir leur mise en valeur, d’établir la pertinence du bâti à construire, de contrôler des vices de formes, d’examiner la rentabilité financière, etc. J’étends plutôt ma recherche vers les cantons de Vaud, du Valais et de Fribourg, où il y a encore des marges de progression et des opportunités, et parfois jusqu’en France voisine, pourvue de beaux terrains. Il arrive que des courtiers fassent appel à moi pour étudier des dossiers particuliers et compliqués à résoudre. J’ai dirigé pendant 20 ans un département «rénovation et transformation» au sein d’une importante entreprise générale, alors techniquement je sais par exemple comment transformer un château en hôtel ou créer un bâtiment industriel avec toutes les spécificités techniques inhérentes à son activité. Il m’arrive de mettre aussi mon expérience d’analyse technique et de conseil sur les chantiers au service de Michel, lorsqu’il me le demande.

Marion Celda