fr | en

N° 62 - 2019 Consult a
previous publication

voir l'article en PDF

«« Return

Des journaux de révérence

Thierry Oppikofer

Une décision «intelligente», enfin! Voilà comment un éditorialiste de Tamedia (le «pool» de journalistes lausannois du groupe écrit indifféremment pour un titre ou un autre) a salué l’annonce, par la conseillère fédérale socialiste Sommaruga, d’une subvention de 50 millions de francs destinée à soutenir la presse souffrant du recul des volumes d’annonces publicitaires. Au moins, le pouvoir politique sait maintenant comment se faire applaudir par les médias. Recevoir de l’argent, dans leur cas, n’est visiblement pas considéré comme une «acceptation d’avantage»…

Certes, cette manne financée par le contribuable suisse ne tombera pas dans n’importe quelle besace entr’ouverte avec gourmandise. Elle ira aux journaux «de qualité» qui exploitent… des sites Internet payants. Il y a belle lurette qu’on sait que le numérique ne remplacera pas le papier et que le système d’abonnement payant en ligne ne trouve quasiment jamais sa rentabilité. Internet a rendu l’information gratuite accessible et rapide; personne ou presque ne considère que les commentaires formatés (Trump ridicule, Bolsonaro fasciste, l’homme blanc cisgenre coupable, etc.) valent vraiment la peine de payer, puis d’entrer un mot de passe, puis de naviguer dans des pages pas toujours simples d’accès.

Autrement dit, ni les médias alternatifs de toute tendance, ni la presse payante ou gratuite qui ne tente pas, comme les grands groupes du duopole Tamedia-Ringier, de rançonner l’internaute, n’auront droit à un coup de pouce de Berne. Tamedia et Ringier, qui font de confortables bénéfices et suppriment volontiers des emplois, en revanche, cumuleront tarifs postaux favorables et enveloppe de Mère Helvetia. Quant aux journaux spécialisés, à la presse ultra-locale, à la presse immobilière, ce sera comme jusqu’ici la débrouille. Mais aussi la liberté de parole et une très grande particularité: conserver la confiance et la fidélité de leurs lecteurs.